Avec les avancées technologiques, les moteurs des voitures sont devenus plus efficaces et plus performants, en ayant recours à une gestion électronique de leur fonctionnement. Pour cela, plusieurs dispositifs sont installés sur le véhicule, donc la pièce maîtresse est le calculateur.

Ce dernier recueille des données provenant de plusieurs éléments de la voiture, et envoie des instructions de fonctionnement du moteur, en fonction des informations reçues. Ainsi, une plus grande pression du conducteur sur la pédale d’accélérateur indique au calculateur qu’il faut augmenter le régime du moteur, ce qui le pousse à faire augmenter le débit de carburant entrant, ainsi que le débit d’air.

Le déroulement d’une reprogrammation moteur

Il faut noter qu’il est possible de modifier le fonctionnement du calculateur à l’aide d’une reprogrammation moteur. Cette démarche consiste à changer quelques valeurs de base contenues dans la mémoire du calculateur, pour qu’il donne des instructions différentes aux pièces. Elle peut se traduire par l’entrée d’un nouvel indice optimal de mélange air-carburant, ou par l’introduction d’une nouvelle pression maximale du turbo et bien d’autres encore. Quoi qu’il en soit, la reprogrammation vise essentiellement à augmenter les performances du moteur, sans être obligé de changer des pièces.

Comment la réaliser ?

Pour faire une reprogrammation moteur, il est possible de connecter le calculateur avec un matériel spécifique pour l’opération, et un ordinateur muni d’un logiciel adapté. Les valeurs sont ensuite modifiées sur l’ordinateur. Un autre moyen est de changer de calculateur ayant déjà les données recherchées, ou d’utiliser une autre puce électronique, considérée comme le cerveau du calculateur.

Cette opération est assez délicate, et peut conduire à des résultats inattendus comme l’impossibilité de démarrer, une consommation excessive de carburant ou l’usure rapide des pièces. De ce fait, pour une démarche sans risque et efficace, il est préférable de faire appel à un professionnel expérimenté.

Votre commentaire :