Un employé de la ville de Toulouse a fraudé le péage de l’autoroute A66 entre Toulouse et Pamiers à 84 reprises. Il encourt une amende de 15 000 euros.

C’est le Dauphiné qui nous apprend cette information insolite sur son site internet. Les policiers de la région ont récemment arrêté un homme qui avait fraudé le péage entre Toulouse et Pamiers à 84 reprises.

15 000 euros d’amende

Le fraudeur est un employé de la ville de Toulouse. Il avait été signalé à la police par le service des fraudes du concessionnaire autoroutier Vinci, qui l’avait repéré sur ses vidéos de surveillance…

Aujourd’hui, pour son tour de “passe passe”, l’homme doit s’acquitter de 2 000 euros auprès de la société d’autoroutes. Il encourt également une amende d’environ 13 000 euros.

Début de l'autoroute A66 à Toulouse
Début de l’autoroute A66 à Toulouse. (Crédit : Routes.wikia.com)

Technique du “petit train”

L’employé de la ville de Toulouse avait adopté la technique dite “du petit train”. C’est la plus répandue pour ne pas s’acquitter du péage. Elle consiste à s’approcher au maximum de la voiture qui précède, et ainsi de profiter du levage de la barrière pour passer sans payer.

A LIRE. Gagnez du temps au péage grâce au télépéage

Effet de  la crise ?  Les fraudes au péage se sont multipliées ces dernières années. Rien que sur le réseau des autoroutes du sud de la France, ce sont 500 000 barrages qui sont “forcés” tous les ans. (Source : Challenge.fr).

Barrière de péage sur une autoroute
Toutes les gares de péage sont équipées de caméras de surveillance. (Crédit : Hellopro.fr)

Frauder au péage peut mener en prison

Un phénomène contre lequel les concessionnaires autoroutiers ont aujourd’hui décidé de se battre. Pour les y aider, un décret paru l’année dernière les autorise à accéder au fichier des immatriculations, leur permettant ainsi de trouver l’identité des resquilleurs.

Et donc de leur faire parvenir des pénalités. Aujourd’hui chez Vinci, une équipe de plus de cent personnes est dédiée à la constatation des infractions aux barrières de péage.

Une équipe de plus de 100 personnes est dédiée aux infractions des péages chez Vinci

Et si cette information ne suffisait pas à faire réfléchir à deux fois les fraudeurs, la justice a aussi pris une décision inédite en novembre 2013.

Un couple de fraudeurs, qui avait expliqué aux journalistes de l’émission Envoyé Spécial (France 2) sa technique du “petit train” s’est vu condamné à de la prison. L’homme a écopé de 4 mois fermes et sa compagne de 4 mois avec sursis.

VIDEO. Une femme explique comment elle fraude au péage

Voir la vidéo de l’émission Envoyé Spécial

2 COMMENTAIRES

Votre commentaire :