Précédent
Suivant

Essai du C4 Picasso

citroen c4 picasso couleur lazuli blue

Le Citroën C4 Picasso s’est refait une beauté à la rentrée 2016. Les nouveautés se sautent pas aux yeux. Le bouclier avant a été redessiné. Il intègre une nouvelle entrée d’air et du chrome autour des antibrouillards. A l’arrière, les feux à LED présentent un nouveau dessin en relief et les chevrons de Citroën sont noirs au lieu d’être gris. En parlant couleurs, de nouvelles teintes sont proposées, comme ce bleu « Lazuli Blue » en photo (option à 650 euros).

Bref, les propriétaires de l’ancien Picasso ne seront pas dépaysés en découvrant ce nouveau modèle. Moi je trouve qu’il a pris un sérieux coup de vieux depuis l’arrivée du nouveau Renault Scenic 4

Au volant du C4 Picasso BlueHDi 150 EAT6

J’ai toujours entendu dire que le C4 Picasso était un monospace confortable. Je confirme ! Malgré les jantes de 17 pouces qui équipe mon modèle d’essai en finition haut de gamme Shine, la suspension filtre bien les irrégularités de la route. La bonne surprise c’est que ce confort de conduite ne se traduit pas par un comportement pataud. La prise de roulis est même assez contenu dans les virages.

« Au volant, j’ai plus la sensation d’être dans une berline que dans une camionnette »

Au fil des années, les constructeurs ont fait de sérieux efforts pour améliorer la position de conduite des monospaces. Dans le C4 Picasso, j’ai plus la sensation d’être au volant d’une berline que d’une camionnette. Ce qui est plutôt positif ! Mais le vrai plus du C4 Picasso, c’est son grand pare-brise panoramique. Disponible en série sur toute la gamme, il permet de profiter du paysage et améliore la visibilité périphérique grâce à ses montants très fins.

Une femme au volant du nouveau Citroën C4 Picasso avec pare-brise panoramique
Le grand pare-brise panoramique apporte beaucoup de lumière dans l’habitacle. Et facilite la vision périphérique.

Et le moteur ? Pas de reproche particulier. Le 2.0 BlueHDi 150 fait le job : souplesse à bas régime, reprises toniques, Stop/Start très discret, consommation raisonnable pour un monospace. Son principal défaut ? Il se montre trop bruyant à l’accélération. Mon modèle d’essai est équipé de la boîte automatique à 6 rapports, disponible en option à 1500 euros sur le BlueHDi 150.

« Ce diesel de 150 ch se marie bien avec la boîte automatique EAT6 »

Baptisée EAT6, cette transmission n’est pas à double embrayage comme la DSG de chez Volkswagen, je l’ai pourtant trouvé d’une grande efficacité : passage des rapports en douceur et au bon régime, pas d’à-coups dans les bouchons, rétrogradage au freinage ou en descente pour bénéficier du frein moteur. Elle vaut largement l’investissement.

Vie à bord, coffre et aspects pratiques

Avec son grand pare-brise et son toit vitré panoramique (option à 650 euros), mon C4 Picasso est un vrai puit de lumière. La planche de bord, au dessin très épuré, participe à cette ambiance zen. Mes bonnes impressions se confirment une fois installé à bord : mon siège est bien enveloppant, confortable et dispose même d’une fonction massage (en série sur la finition Shine). Le passager avant n’est pas mal non plus avec un siège intégrant un repose-pieds à réglables électriques (pack Lounge à 990 euros).

Les places arrière ne sont pas du même standing. Pas de fonction massage ou de repose-pieds mais des sièges fermes et peu confortables. La tablette type aviation c’est bien mais… seulement pour les enfants. Moi, elle cogne contre mes genoux ! Heureusement qu’il y a de la place pour les jambes. C’est d’ailleurs l’un des gros points forts de ce C4 Picasso.

Le coffre n’est pas mal non plus avec un volume de chargement de 537 litres. Qui peut grimper à 630 litres grâce aux sièges arrière coulissants (en série sur la finition Shine). Il est également possible de transformer le C4 Picasso en déménageur (1709 litres de capacité) en rabattant les trois fauteuils. Bref, la modularité est l’autre point fort de ce monospace compact.

Securité et équipements technologiques

Lors de sa commercialisation en 2013, le C4 Picasso a été baptisé « le technospace » car il proposait des technologies innovantes encore rares sur le segment : grand écran numérique de 12,3 pouces, assistant de stationnement « Park Assist », freinage automatique d’urgence…

« Surveillance des angles morts, régulateur adaptatif, Apple CarPlay, le nouveau C4 Picasso est à la pointe de la technologie »

Si la plupart de ces équipements sont devenus courants, Citroën a profité de ce restylage pour en rajouter d’autres : surveillance des angles morts, régulateur de vitesse adaptatif avec fonction « stop » (le système freine la voiture jusqu’à l’arrêt), reconnaissance des panneaux de signalisation, freinage automatique d’urgence en cas d’obstacle, caméra à 360 degrés…

Le constructeur a également améliorer le système multimédia du C4 Picasso. Les menus et la cartographie de la navigation ont été modernisés, l’ergonomie un peu améliorée avec de nouveaux raccourcis permettant de naviguer plus facilement dans les menus. Autre nouveauté appréciable : la possibilité d’afficher deux menus différentes sur les deux écrans. Par exemple, le GPS sur le grand de 12 pouces et la radio sur le petit tactile de 7 pouces. Cela n’était bizarrement pas possible auparavant.

intérieur citroen c4 picasso sièges cuir ambiance dune beige
Dans le C4 Picasso, il y a deux écrans : un grand de 12 pouces qui remplace les compteurs. Et un autre – tactile – de 7 pouces qui permet d’accéder aux menus.

Malgré ses évolutions, certains défauts subsistent. Le plus agaçant ? Le manque de réactivité des commandes tactiles latérales. Le plus contraignant ? L’absence de boutons pour régler la climatisation. Tout se fait depuis l’écran tactile. J’ai connu plus simple…

Budget et consommation

Il ne faut pas s’attendre à battre des records de consommation avec un monospace. Néanmoins le C4 Picasso m’a agréablement surpris sur ce point avec une moyenne de 6,2 l /100 km au cours de mon essai qui a combiné route, ville et bouchons.

Cela aide à mieux faire passer le prix élevé du C4 Picasso. Mon modèle d’essai en finition haut de gamme Shine coûte 35 800 euros. Et il faut encore rajouter quelques billets si vous souhaitez le toit panoramique (650 euros), les phares xénon directionnels (850 euros), la sellerie cuir (pack Cuir à 1550 euros avec sièges chauffants et siège conducteur électrique) ou le système de vision à 360 degrés (500 euros).

Le C4 Picasso face à ses rivaux

Le Citroen C4 Picasso 2.0 BlueHDi 150 EAT6 Shine (35 800 euros, hors options) est comparé face à ses trois principaux concurrents sur le marché français :

  • Renault Scenic 4 dCi 160 EDC Intens (35 600 euros)

Je l’ai dit plus haut : le Scenic 4 donne un sacré coup de vieux au C4 Picasso. Son design plus dynamique devrait plaire au public. Ce n’est pas son seul argument : il est un peu moins cher que le C4 Picasso et son système multimédia est plus moderne et plus simple d’utilisation.

  • Volkswagen Touran TDi 150 DSG6 Carat (37 410 euros)

Son style est très classique et son prix est plus élevé que celui du C4 Picasso. Mais le Volkswagen Touran avance d’autres qualités, comme un diesel performant, une boîte DSG à double embrayage aussi douce que rapide, un coffre immense et une bonne valeur résiduelle. Un critère important au moment de la revente du véhicule.

  • Ford C-Max 2.0 TDCi 150 Powershift Titanium X (33 500 euros)

Son récent restylage lui confère une personnalité plus affirmé. Et si le Ford C-Max n’est pas le champion du volume de chargement, c’est l’un des plus agréables à conduire. En plus, ce comportement dynamique ne se fait pas au détriment du confort. Autre argument en sa faveur : son prix, nettement plus abordable. Même si l’équipement de série est moins fourni.

Bilan essai Citroën C4 Picasso BlueHDi 150 EAT6

Les monospaces ce n’est pas trop mon « truc ». Mais force est de constater que j’ai été agréablement surpris par ce nouveau C4 Picasso. Spacieux, pratique avec ses sièges coulissants et rétractables dans le plancher, confortable sans être pataud, il a de nombreuses qualités. Surtout dans cette version BlueHDi 150 équipée de la boîte automatique EAT6. Dommage que son prix soit si élevé…

« Le C4 Picasso est une bonne surprise pour un monospace »

nouveau citroen c4 picasso couleur lazuli blue
MON VERDICT
Look7
Plaisir de conduite6.8
Vie à bord et aspects pratiques8.5
Sécurité et équipements8
Budget et consommation7
J'apprécie
Espace et luminosité à bord
Mariage moteur/boite auto réussi
Confort de suspension
Je regrette
Prix élevé
Utilisation du système multimédia
Confort aux places arrière
7.5
SUR 10
Envie d'acheter un C4 Picasso ?

 

Précédent
Suivant

Votre commentaire :