Scandale, tricherie, Diesel Gate, c’est par ces termes que Volkswagen fait l’actualité depuis le 18 septembre 2015. Faisons le point sur l’affaire Volkswagen qui ébranle toute l’industrie automobile.

Volkswagen au coeur du scandale

« Les Allemands ne font pas de blague ». Tel est le slogan du spot publicitaire pour l’Opel Karl, actuellement diffusé sur le petit écran en France. Hasard de calendrier ou volonté de surfer sur la vague de l’affaire Diesel Gate de Volkswagen ?

logo volkswagen sur une calandre de voiture

Si Opel n’est qu’évoqué dans le battage médiatique autour de la fraude aux émissions polluantes, d’autres constructeurs sont directement pointés du doigt en Allemagne, à commencer par Volkswagen. Pour ce dernier, la rentrée s’annonçait pourtant bien, avec la présentation du nouveau Tiguan 2 au salon de Francfort 2015. Mais coup de tonnerre le 18 septembre 2015, l’Agence fédérale américaine de protection de l’environnement (EPA) signale une violation de la réglementation des Etats-Unis en matière d’émissions polluantes (notamment les NOx).

Volkswagen aurait équipé certains de ses modèles d’un logiciel, destiné à fausser les contrôles anti-pollution lors des tests d’homologation. Aux États-Unis et en Europe, les ouvertures d’enquêtes et les dépôts de plaintes à l’encontre de Volkswagen s’enchaînent. Le constructeur se retrouve dans la tourmente et annonce des rappels de véhicules.

« Plus de cinq millions de VW devraient repasser au garage pour retirer le logiciel frauduleux »

Plus de cinq millions d’exemplaires de Volkswagen Golf, Volkswagen Tiguan et Volkswagen Passat devraient ainsi repasser au garage pour retirer le logiciel frauduleux. Pour le moment, VW indique seulement que « les clients seront informés en temps voulu ».

Audi a également triché

profil audi a4 blanche 2009La marque Audi (qui fait partie du groupe Volkswagen) devra rappeler 1,42 million de ses voitures équipées d’un logiciel de « trucage ». Plusieurs modèles sont impliqués : Audi A4, Audi A5, Audi A6, Audi TT. Les responsables du pôle Recherche & Développement chez Audi et Porsche ont récemment été remerciés.

« Audi n’en est pas à son premier scandale »

Audi n’en est pas à son premier scandale automobile : la marque a déjà connu un revers dans les années 1980. La chaîne CBS avait révélé un problème d’accélérateur sur l’Audi 5000. Mais contrairement à aujourd’hui, le constructeur n’avait strictement rien à se reprocher. L’équipe de CBS News aurait, à l’époque, trafiqué les tests du véhicule et manipulé les témoignages diffusés dans son reportage. Malheureusement, peu s’en souviennent…

Mercedes et BMW, les dommages collatéraux

BMW Série 3 vs Mercedes Classe CBien que le responsables de BMW et Mercedes aient affirmé ne rien à voir avec l’affaire Diesel Gate, les autorités américaines ont annoncé qu’elles allaient procéder à des tests de pollution sur plusieurs modèles des deux constructeurs.

Malgré l’absence d’une enquête américaine visant ces deux constructeurs, leur cote boursière a plongé dans le sillage de celle de Volkswagen. L’indice Stoxx 600 Automobile accuse ainsi une baisse de plus de 4 %.

Fraude étendue en Allemagne ?

Test pollution d'une voitureAutre hasard d’agenda, l’association Transport et Environnement a publié début septembre une étude sur la pollution atmosphérique due aux gaz d’échappement. Ses conclusions ? Ce qu’on appelle déjà « l’affaire Volkswagen » ne toucherait pas seulement le constructeur de Wolfsbourg. Au tableau des éclaboussés par le scandale, on retrouve aussi Skoda (une marque du groupe Volkswagen), BMW et Opel.

« Sur dix voitures testées, une seule respecte les normes antipollution »

Sur dix voitures diesel testées par l’association allemande, une seule respecterait les plafonds d’émissions fixés par l’Union Européenne. Toujours selon l’étude, les émissions réelles seraient cinq fois supérieures aux limites posées par les normes européennes. Une enquête qui tombe à point nommée pour Volkswagen érigé en bouc émissaire.

Et les constructeurs français ?

Photo de la nouvelle Renault Twingo 2014Citroën, Peugeot et Renault devraient-ils se frotter les mains ? Absents du marché automobile américain, les constructeurs automobiles français échappent au tapage médiatique causé par les tests américains. D’ailleurs, ils n’ont pas de raison de s’inquiéter pour leurs bénéfices. Si vendre une voiture sur le sol européen répond à de rigoureuses procédures anti-pollution (norme Euro 6), Renault et PSA s’y conforment largement. Peugeot a même été leader en matière d’émissions de CO2 en 2014. De quoi rassurer sur le rachat d’une voiture « Made in France ».

1 COMMENTAIRE

Votre commentaire :