Le poker envahit les paddocks de la Formule 1

    0

    Le monde de la Formule 1 est digne d’une partie de poker menteur. Pendant que certains pilotes bluffent pour déstabiliser l’adversaire, d’autres usent des bons stratagèmes pour réussi un joli coup de poker et amasser la mise lors d’un Grand Prix. Avec autant de similitudes, pas étonnant que le poker et la Formule 1 se soient rencontrés !

    Je ne sais pas si c’est le film Casino Royale qui en est à l’origine mais le poker n’a jamais eu autant la cote que ces dernières années. On le trouve partout : dans les publicités, dans les magazines, sur internet. Certaines chaînes du câble en ont même fait leur fond de commerce, en invitant célébrités et stars du show business à venir s’essayer au texas hold’em, la variante la plus connue du poker.

    Le virus « poker » a plus récemment envahi le monde de la Formule 1. C’est le pilote de l’écurie Renault Robert Kubica qui l’aurait introduit dans les paddocks.

    Grand amateur des jeux de cartes, le polonais aurait incité son ami Fernando Alonso ainsi que plusieurs autres pilotes comme Jarno Trulli, Giancarlo Fisichella et Nico Rosberg à troquer gants de pilote et casques contre des cartes et quelques jetons.

    C’est ainsi que nos rois de la vitesse se retrouvent chaque soir de week-end de Grand Prix pour jouer au poker, loin du stress de la course. Alonso a tellement pris goût au poker qu’il a fait graver une paire d’As sur son casque.

    La Pokermania est en marche

    Bernie Ecclestone a vu l’arrivée du Poker en Formule 1 d’un très bon œil… rempli de Dollars. Il a très bien exploité le phénomène en organisant de grands tournois au cours desquels l’argent coulait à flot. Pour attirer les foules, le grand argentier de la F1 a un sacré appât : Michael Schumacher.

    Enfin, le poker a pris une autre tournure au printemps dernier, lorsque le site de poker Full Tilt Poker a annoncé un accord de partenariat avec l’écurie Virgin GP. Une monoplace de F1 sponsorisée par un site de poker, une première en Formule 1.

    Bref, tout laisse à croire que le poker n’a pas encore déballé tout son jeu dans le milieu de la Formule 1.

    Votre commentaire :