Grâce au Conti Winter Tour organisé par Continental, j’ai réalisé l’un de mes rêves : conduire sur le circuit de Val Thorens qui accueille chaque hiver le Trophée Andros. Récit d’une journée riche en émotions… et en glissades.

Malgré le beau ciel bleu, il fait très froid ce matin à Val Thorens. Un vent glacial a fait chuter le thermomètre à près de – 10°C. C’est donc par un bon chocolat chaud que cette journée va commencer. D’autant plus qu’avant de jouer les as du volant, un cours théorique de la conduite sur neige s’avère indispensable pour le novice que je suis.

L’équipe de chez Continental s’est payée un coach de choix en la personne de Franck Lagorce, dont la carrière en sport automobile est passée par la Formule 1, les 24 heures du Mans, les voitures de tourisme avant de se poursuivre en Trophée Andros. Bref, il maîtrise son sujet !

Le programme de la journée comprend plusieurs tests de pneus hiver et été sur deux voitures très différentes : une Renault Clio RS à traction avant de 203 ch, à priori pas franchement taillée pour la conduite sur neige, et une Subaru Impreza dont les quatre roues motrices seront vraisemblablement un atout sur le sol blanc.

Conti Winter Tour 2010
Mes différents bolides : Subaru Impreza et Renault Clio RS.

Pneu été vs pneu hiver

Après la théorie, place à la pratique. Le premier test consiste à conduire les voitures avec des pneus été. Bien aidée par sa transmission intégrale, la Subaru s’en tire plutôt bien : la motricité est bonne et la tenue de route correcte tant que la conduite reste fluide.

On ne peut pas en dire autant de la Clio RS qui n’a pas fait plus de cinquante mètres après cinq minutes d’acharnement au volant. Bref, pas franchement le couple idéal pour découvrir ce tracé de Val Thorens.

Pour le deuxième test, les voitures ont chaussé les pneus hiver (des Continental bien évidemment). Dès les premiers tours de roue, on ressent tout de suite la différence avec les pneus été. Et pour cause, grâce à leur gomme et leur bande de roulement spécifiques (profil plus découpée et transversal), les montes hiver semblent trouver du grip là où il n’y en a pas. Les distances de freinage sont également réduites de moitié, un bon point pour la sécurité.

Il se vend plus de pneus hiver en Espagne qu’en France

Dès lors, difficile de comprendre comment la France, qui est pourtant un pays très montagneux, se retrouve en queue de peloton des ventes de pneus hiver en Europe. Derrière l’Espagne et le Portugal…

Des pneus hiver et des pneus cloutés
Il est interdit de rouler avec des pneus cloutés, sauf autorisation préfectorale

L’art de l’appel contre appel

Maintenant que je connais le circuit sur le bout des gants, je vais pouvoir m’essayer à la technique de l’appel contre appel, qui consiste à jeter violemment la voiture dans un virage comme le font les pilotes du Trophée Andros.

Les premières tentatives tiennent de l’acrobatie mais après plusieurs essais et quelques frayeurs (le mur de neige n’est jamais très loin), je commence à comprendre le « truc » : mes trajectoires sont plus propres, ma vitesse en sortie de courbe plus élevée et je me vois déjà défier Franck Lagorce lors de la prochaine manche du Trophée Andros.

La Renault Clio RS lors du Conti Winter Tour 2010
Chaussée de pneus hiver, la Clio RS est plus facile à contrôler. Les distances de freinage sont nettement plus courtes

Mais un tour de piste à ses côtés va vite me faire redescendre sur terre. D’emblée le rythme n’est pas le même, la précision de pilotage non plus. Presque sans effort, Franck vient lécher le mur de glace à la corde pour ressortir du virage de la manière la plus parfaite. Du grand art ! Morale de l’histoire : on ne s’improvise pas pilote automobile.

Photos du Conti Winter Tour 2010

PARTAGER :

Votre commentaire :